AUGUSTIN

 

 

    

                                    A ux rêves d'infini s'il n'est pas de recours 

                                    U n reste de regret aux effets éphémères

                                               G uère qu'une illusion à peine une chimère  

                                    U n mirage une idée sans issue de secours  

                                                 S i le temps qui s'écume aux rides de la mer      

                                    T rouve encore quelque vent engrossant la grand-voile

                                    I I est de souvenirs bien plus doux que d'amers

                                    N ourissant notre ciel de leur collier d'étoiles

     

 


 

 retour à l'accueil                         retour à la liste des poèmes