FIACRE

              F aut-il que je t’appelle et tu viens au galop


              I nénarrable amant monté comme un cheval


              A u bout de nos ébats de nos folles cavales


              C hahuté cahoté mon corps comme un ballot 


             
R ebondit dans tes bras et tu me dis que si


              E t quand je suis venue tu repars en taxi !

     

 


 

 retour à l'accueil                         retour à la liste des poèmes