FREDERIC

 
    

   

 

        

                            F oudroyée par tes yeux, je me suis vue soudain

                            R essentant un émoi en moi irrésistible

                            E trange et délicieux comme l'impression d'un

                            D éluge de sensations fortes et irrépressibles 

                            E t j'ai fermé les yeux pour mieux te savourer

                            R ien n'était comme avant tout devenait magique

                             I rréel et divin j'étais énamourée

                            C e bonheur est trop fou pour le prendre au tragique!


 

                

 

 


 

 retour à l'accueil                         retour à la liste des poèmes