JULIETTE

 

 

 

 

 

 

                                                                                  

J ‘étais sans voix quand je t’ai vue

 

U n peu comme un phare dans ma nuit

 

L ‘amour se mêle à l’imprévu

 

I l tire ma vie d’un long ennui

 

E t depuis toi c’est la tempête

 

T out est bonheur tout est béni

 

T u es mon ivresse et ma fête

 

E t je me grise à l’infini

 

 

 

 

 

 

 


 

                                 retour à l'accueil                         retour à la liste des poèmes