LORINDA

 

 

 

 

 

 

                                                                                  

L a beauté, don du ciel, un peu comme une excuse

 

O fferte à tous les yeux, parfois concupiscents

 

R egards de feu aussi, que la pudeur récuse

 

I ndicibles, innefables, quelques fois indécents

 

N on je n'ai pas pour elle ces désirs qu'elle récuse

 

D irais-je que je la rêve, rêve-je que je la sens

 

A vec elle j'aimerais tant revoir Syracuse......

 

 

 

 

 

 

 


 

                                          retour à l'accueil                         retour à la liste des poèmes