SILVERE

 
    

   

 

                                S i l'amour dépendait des seuls phéromones
 

                                I l ne servirait plus de se conter fleurette
 

                               L es dés seraient jetés sans plaisir de conquête
 

                               V ivre ne serait plus qu'au destin faire aumône
 

                               E t la rencontre seule dépendrait du hasard
 

                               R isquerions nous alors de risquer la défaite

                               E t de vivre d'eau fraîche nous semblerait bizarre!


 

                

 

 


 

 retour à l'accueil                         retour à la liste des poèmes