SIMONE

 

 

 

 

 

 

                                                                                  

S ouviens toi de nos bouches

 

I nsatiables et frivoles

 

M on coeur sur ta corolle

 

O ù je fondais farouche

 

N os buissons vers l’école

 

E t nos jeux souvent louches

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

                                         retour à l'accueil                         retour à la liste des poèmes